Formule 1 | Hamilton “ne pourrait pas être plus heureux” et “ose rêver” d’une victoire en Hongrie


Et 4 pour Lewis Hamilton ! Pour son 300e Grand Prix en F1, le pilote Mercedes est monté sur son 4e podium consécutif. Le premier avec son coéquipier, George Russell.

Très heureux après la course, le vice-champion du monde 2021 a évoqué un vrai petit “triomphe. »

« Je ne pourrais pas être plus heureux ! »

« Bien sûr, si nous avions gagné, ce serait une autre étape, mais je ne m’attendais vraiment pas à ce résultat. Évidemment, je priais et j’espérais que nous pourrions nous battre pour un podium, comme une troisième place, mais je ne peux pas croire que nous ayons obtenu une deuxième place – c’est énorme pour nous. »

“C’est évidemment malheureux pour Charles, mais nous avons fait un excellent travail sur la fiabilité en tant qu’équipe, donc je dois vraiment remercier l’équipe pour cela. »

« Collectivement, en tant qu’équipe, même si nous n’avions pas le rythme des voitures de tête… Vous savez, c’est un résultat incroyable pour nous, pour George et moi d’être ici. George a également fait un excellent travail. C’est un progrès, même si nous ne réduisons pas forcément l’écart en tant que tel en qualifications… mais ce sont de gros points pour nous. »

Battre la Red Bull de Sergio Pérez au rythme de la course avec les deux Mercedes a été un véritable exploit pour les Silver Arrows.

«Oui, nous l’avons fait tous les deux avec George. Au début, les garder derrière était vraiment difficile, étant donné que leur vitesse en ligne droite était impressionnante. Il fallait donc essayer de les garder hors de la zone DRS, c’était vraiment le truc, et puis l’utilisation des pneus, c’était probablement la clé. »

« Je ne pense pas que George et moi nous attendions à être deuxième et troisième. C’est énorme pour moi et j’ai hâte d’apporter cette énergie positive à Budapest. »

Pourtant Lewis Hamilton ne semblait pas avoir le rythme d’un Max Verstappen qui gérait en tête…

“J’essayais de suivre Max. Il était si rapide. Je suis resté avec lui pendant deux, peut-être deux tours, puis… mais littéralement, je suis à fond dans la ligne droite et il s’éloigne. C’est, je pense, le plus gros… l’un des plus gros déficits était la vitesse de pointe. Donc, si vous perdez quatre dixièmes, quoi que ce soit, vous ne pouvez rien y faire. Nous devons travailler pour améliorer cela à l’avenir. Et comme je suis sûr qu’il y a quelques autres points où nous pourrions être meilleurs. »

Lewis privé de boisson le jour où il a voulu boire !

Très heureux, Lewis Hamilton était aussi cependant très déshydraté : son système d’abreuvement n’a pas fonctionné pendant le Grand Prix et on l’a vu allongé, épuisé, après l’épreuve assez logiquement dans la ‘cool room’.

« Si je suis vraiment honnête, je bois très rarement pendant la course. J’oublie toujours. Et je me suis beaucoup hydraté avant la course, mais au 20ème tour je me suis dit « je pourrais vraiment boire un coup » et ça n’a pas marché. Et je n’avais pas essayé depuis si longtemps. Peut-être que cela n’a pas fonctionné depuis longtemps. Peut-être que l’eau s’est évaporée, qui sait ? C’est pas sérieux. Heureusement, après, j’ai pu boire un verre. »

« Mais quelle journée, quel week-end. Surtout avec l’absence d’EL1 [remplacé par Nyck de Vries]… Je suis très fier de l’équipe – c’est un résultat incroyable. Gagner des courses et obtenir des résultats comme ça, c’est tout un package. »

Au-delà de l’amélioration des performances, Lewis Hamilton tient à souligner notamment la fiabilité de son équipe.

« Bien sûr, nous savons que nous n’avons pas tout à fait le rythme des deux équipes. [Ferrari et Red Bull] devant, mais la fiabilité est un élément fondamental du processus, donc je suis très fier de mon équipe pour avoir la fiabilité que nous avons. Et quel beau résultat… C’est vraiment spécial pour nous. »

Une victoire en Hongrie ?

Et si en Hongrie, avec un meilleur rythme en qualifications, Lewis Hamilton pouvait remporter sa première victoire de l’année ? Après tout, le Hungaroring est l’un de ses (nombreux) circuits préférés.

« J’ose rêver, c’est sûr ! Mais ce sera difficile. Red Bull et Ferrari sont si rapides, et Ferrari a fait un grand pas en avant ce week-end et ce sera difficile à battre à Budapest. Mais il va faire chaud et j’espère que notre voiture sera un peu meilleure là-bas. Je ne le saurai pas tant que je n’y serai pas, alors je croise les doigts ! »

C’est aussi prometteur à moyen terme et notamment pour la Mercedes de l’an prochain.





Source link

Leave a Comment

Your email address will not be published.